Accueil / Dressage / Jan Bemelmans, le débrief : « Nous n’avons pas pu répéter. »
Emmanuelle Schramm et Jan Bemelmans tirent un bilan positif de ces JO de Rio (© Gilles Alleaume)
Emmanuelle Schramm et Jan Bemelmans tirent un bilan positif de ces JO de Rio (© Gilles Alleaume)

Jan Bemelmans, le débrief : « Nous n’avons pas pu répéter. »

Avec son résultat, Karen risque de manquer la RLM ?

Emmanuelle Schramm: « Il y a beaucoup de 4èmes membres d’équipes qui sont derrière elle, et beaucoup d’individuels devant elle. Elle risque donc d’être 21 ou 23. 19e ce n’est pas grave, car il y en a souvent un qui ne part pas. Aux Championnats d’Europe, il y en avait deux qui n’étaient pas partis et ils avaient repêchés les deux suivants. Quand on est 19e, il reste une petite chance mais là…! »

Pouvez-vous analyser la prestation de Pierre Volla ce matin ?

J. Bemelmans: « Avec Pierre, nous n’avons pas pu répéter ce que nous avons fait hier. Le cheval était super bien à la détente, on croyait y arriver. C’était peut-être aussi un peu de notre faute. A l’échauffement, nous avions de la tension, nous voulions bien faire, on s’est laissé entraîner là dedans. Pierre a voulu faire trop bien. Sur le premier piaffer, la jument ne commence pas super super. Il a voulu la tenir sur place parce qu’il voulait des points. Il aurait dû être un peu plus léger, laisser aller plus en avant, même chose au 2e piaffer, ça lui a coûté des points. La jument a donné une jolie impression, il y a beaucoup de beaux moments. Nous n’avons pas fait de parcours sans faute aujourd’hui. »

Il n’y en a pas eu beaucoup dans l’ensemble.

J. Bemelmans: « En effet. Nous vivons dans le passé. Nous devons répéter ce que nous avons fait hier plusieurs fois en concours pour monter dans les points. Charlotte Dujardin commet une faute vraiment grave, mais elle se reprend tout de suite derrière. »

Et Karen…?

J. Bemelmans: « Hier, nous étions convaincu qu’elle irait dans la RLM. Mais c’est la vie, nous serons plus prudents (rires). Elle trébuche au premier trot allongé hier, et aujourd’hui de nouveau. Nous devons mieux travailler ce point. Il faut commencer la reprise sans faute pour que les juges montent un peu les points. Le point fort de Valegro c’est son trot. Tu crois qu’il va partir au galop mais non ! C’est sa signature. Pour les fautes aux changements de pieds, une fois que les juges ont vu une erreur, ils baissent tout. »

Quel bilan tirez-vous ?

J. Bemelmans: « Je suis naturellement positif. J’étais quand même content d’avoir deux couples dans le Spécial. Si nous avions quelqu’un dans la RLM, c’eut été la cerise sur le gâteau. Nous voulions la 6e place et nous terminons 8e mais quand on a vu la force des autres, j’étais quand même content avec ma 8e place. »

Que manque-t-il aux français ?

J. Bemelmans: « Toutes les équipes devant ont un cheval top – sauf les allemands qui en ont trois (rires) – qui obtient 80%. Cela rassure. Quand on regarde Isabell Werth, il y a de meilleurs chevaux que celui d’Isabell, mais elle a monté tellement bien…elle a tout sorti de ce cheval ! Il est allé au-dessus de ses moyens. Regardez les hollandais, Edward Gal est l’un des meilleurs cavaliers au monde. Où sont les hollandais ? Ils n’ont pas de médaille, ça change, il y a du renouvellement. Les américains ont réalisé un super travail. Laura Graves a été la seule à monter son cheval depuis qu’il a 3 ans. Elle est allée un jour au championnat américain, personne ne la connaissait et elle a gagné. Elle ne vit pas de son sport contrairement à d’autres. Et elle vient ici, elle monte comme à la maison. C’est très joli à voir, c’est du plaisir ! »

Quel est le prochain objectif de l’équipe de France ?

J. Bemelmans: « D’abord, nous avons demandé un bus pour visiter Rio (rires). On pense court terme pour le moment. »

E. Schramm: « L’idée c’est de brancher notre caméra, de voir ce qui a été bien, moins bien dans notre préparation. Nous avons vraiment vu les chevaux et les cavaliers évoluer ici. Il faut aller très vite, ne pas laisser trop de temps pour déterminer ce que nous devons mettre en place en vue des Championnats d’Europe et des Jeux Equestres Mondiaux. Il y a des gens qui ont souri quand on a dit que nous voulions être 6e ici. Si on vient aux JO, ce n’est pas pour être dernier ! Nous fixons des objectifs ambitieux. C’est sûr que c’était difficile, la moyenne était de 74% et nous sommes à 72%. La marche est haute mais pas si énorme. Je pense que nous allons y arriver. Nous devons avancer avec nos chevaux jeunes et nos cavaliers peu aguerris à ce niveau de concours. Je ne suis pas déçue par cette 8e place, c’était juste légitime de vouloir être 6e. Je suis quand même déçue de ne pas avoir Karen dans la Libre, car cela se joue à peu et elle a une super reprise. »

J. Bemelmans: « Il y a eu un bel esprit au sein de l’équipe. Alexandre (Ayache, remplaçant ndlr) nous a beaucoup aidé. Il a toujours été disponible. Il a montré un vrai esprit d’équipe et ce n’est jamais facile quand on est 5e. »

E. Schramm: « Nous avons vécu quelque chose d’exceptionnel et nous avons tous appris beaucoup de choses sur le fonctionnement, le travail, etc., ça c’est de l’acquis. »

A Rio, Elodie Muller. Transcription : Xavier Boudon.

Suggestions

RORNEWS

Pas de Jeux pour les para-dresseurs russes

Les athlètes paralympiques russes ne participeront pas aux Jeux Paralympiques de Rio. Après l’annonce faîte …